Diagnostic préimplantatoire

Diagnostic préimplantatoire (DPI)

Au stade blastocyste (5 jours après le développement en dehors de l'utérus), les cellules diffèrent et ont de différentes fonctions : l'embryon proprement dit et le placenta. Certaines cellules du « placenta » (trophoblaste) sont extraites et examinées 5 jours après la fécondation afin de déterminer si les 23 paires de chromosomes sont présentes sous leur forme correcte. Il s'agit du processus d'examen génétique au cours duquel les embryons ayant un nombre normal de chromosomes sont sélectionnés. Les embryons ayant un nombre normal de chromosomes sont idéaux, car ils ont plus de chances de s’implanter et de donner naissance à un enfant en bonne santé.

Qu'est-ce que le PGS?

Selon l’âge de la femme, un nombre anormal de chromosomes est détecté dans 25% à 80% des embryons qui se transforment en blastocystes. Cela ne peut pas être observé avec un microscope. En Suisse, depuis le 1.9.2017, il est possible d'examiner les chromosomes d'embryons individuels grâce au dépistage génétique préimplantatoire (PGS = PIGS). Ainsi, il est possible de sélectionner des embryons avec 46 chromosomes pour le transfert d'embryons. Le dépistage génétique préimplantatoire est extrêmement bénéfique, car la sélection d'embryons sains sur le plan chromosomique augmente la probabilité de grossesse par embryon inséré dans l'utérus, tout en diminuant le risque de fausse couche.

 

Comment se déroule le PGS?

3-8 cellules placentaires sont extraites 5 jours après la fécondation et examinées pour leur contenu chromosomique. Au plus tôt le mois suivant, un embryon contenant 46 chromosomes est inséré dans l'utérus.

 

Quelle est la situation en Suisse?

Le 1er septembre 2017, l'une des lois de la médecine reproductive les plus progressistes du monde est entrée en vigueur : jusqu'à un maximum de 12 œufs fécondés peuvent être transformés en embryons et examinés pour les chromosomes. De ce fait, la probabilité de grossesse par transfert d'embryon est augmentée et le risque de fausse couche réduit.

Qui est le mieux adapté pour PGS?

Nous prévoyons que le PGS convient à environ 20% de tous les couples et qu'environ la moitié de ces couples choisissent le PGS. Les femmes plus jeunes, avec des ovaires fonctionnellement bons ont généralement peu d'avantages avec ce test. Le PGS est très bien adapté aux femmes âgées de 40 ans ou plus avec de nombreux blastocystes, étant donné qu'avec le PGS, seuls les embryons avec un nombre correct de chromosomes seront insérés dans l'utérus et augmentant ainsi considérablement les chances de succès par transfert. Le PGS est également recommandé pour les patientes sélectionnées qui ont subi un nombre élevé de fausses-couches. Nous suggérons également la réalisation de PGS sur des couples qui, malgré de nombreux transferts d'embryons, n'ont pas obtenu grossesses.

 

Nous sommes heureux de discuter avec vous des nombreux avantages et inconvénients du PGS et de vous donner des conseils personnalisés sur ce que l'examen des chromosomes pourrait signifier pour vous et votre partenaire, ou respectivement, pour l'enfant.

Nombre d'embryons avec un nombre anormal de chromosomes

25 %

Femmes 30 ans

35 %

35 ans

60 %

40 ans

85 %

45 ans